Comment obtenir la double nationalité franco-italienne

Une modification apportée à la Convention de Strasbourg sur la réduction de pluralité de nationalités approuve la double nationalité franco-italienne depuis 1992. Cette double nationalité ainsi que les moyens d’obtention de chacune des deux nationalités seront abordés au fil des rubriques suivantes.

La double nationalité franco-italienne

La France et l’Italie figurent parmi les pays ayant renoncé au premier chapitre de la Convention de Strasbourg relatif à la réduction des cas de...





pluralité de nationalités. Leurs citoyens respectifs ne sont donc pas tenus de renoncer à leur nationalité antérieure s’ils acquièrent l’autre. La double nationalité franco-italienne peut être acquise à la naissance ou plus tard par acquisition volontaire de l’autre nationalité.

Comment obtenir la nationalité française ?

La nationalité française s’acquiert automatiquement par filiation et par naissance. Un enfant dont les parents sont français est évidemment français. Un étranger né en France et dont les parents eux même sont nés en France, peut obtenir la citoyenneté française.

La nationalité française peut aussi s’acquérir par déclaration. C’est le cas d’un étranger marié à un ressortissant français qui peut demander la nationalité de son conjoint après quatre ans de mariage. Un étranger peut demander à être naturalisé s’il remplit les conditions requises.

Comment obtenir la nationalité italienne ?

Les personnes nées de parents italiens ont la nationalité italienne. Il est également possible de demander la nationalité italienne si l’on peut justifier qu’on a des ascendants italiens jusqu’au cinquième degré. Une personne née en Italie et qui y a résidé continuellement jusqu’à sa majorité peut demander la nationalité italienne une fois majeure. L’étranger qui épouse un ressortissant italien peut demander à ce qu’on lui octroie la nationalité italienne après deux ans si le couple réside en Italie et après trois ans s’il est à l’étranger.

Par ailleurs, un étranger peut demander la naturalisation sur la base de sa résidence en Italie. La durée de résidence requise varie selon les cas. Les personnes concernées sont les descendants d’Italiens jusqu’au deuxième degré, les individus au statut d’apatride ou de réfugié et les personnes majeures adoptées par un Italien.

Photo par Roberto Santini (Creative Commons)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *